Les meilleurs films en Noir et Blanc à voir sur Netflix et Prime

Amateurs de cinéma en Noir et Blanc ? Nostalgiques des grands classiques ? On vous invite à redécouvrir ces joyaux du cinéma sur Netflix ou Prime.

Le troisième homme (1949) : sur Netflix

L’histoire se déroule dans la Vienne de l’après-guerre, et suit un homme à qui un ami a donné du travail à Vienne, et qui, une fois arrivé sur place trouve son ami mort. Alors qu’il essaie de comprendre ce qui s’est passé, il se retrouve pris dans quelque chose de bien plus grand qu’il ne l’avait imaginé.

La vie est belle (1946) : sur Prime

Il n’est pas nécessaire d’attendre Noël pour revoir ce classique de Jimmy Stewart sur un homme à qui l’on donne l’occasion de voir ce que serait vraiment le monde s’il n’était jamais né. Peut-être un peu trop sentimental, il y a toujours quelque chose dans ce film qui vous fait revenir.

La splendeur des Amberson (1942) : sur Netflix

Il est basé sur le roman de Booth Tarkington, lauréat du prix Pulitzer. Il traite du déclin des fortunes et d’une famille riche dû à l’essor de l’automobile. L’une des raisons pour lesquelles cette œuvre est moins connue est qu’il a perdu le contrôle du film au moment du montage et qu’il a estimé que les studios avaient ruiné le film à ce moment-là. De plus, les parties coupées ont été détruites, de sorte que nous ne pouvons jamais savoir à quoi ressemblait la vision originale de Welles.

L’Emprise (1934) : sur Prime

Bette Davis joue aux côtés de Leslie Howard dans le film qui, de l’avis général, a fait d’elle une star. Il raconte l’histoire d’un jeune homme peu confiant qui tombe amoureux d’une femme qui ne s’intéresse pas à lui, mais qui est heureuse de l’utiliser à ses propres fins. Nous voyons leurs vies se toucher et se séparer, et l’une d’entre elles finit par connaître une fin tragique.

La dame du vendredi (1949) : sur Prime

Ce classique de Cary Grant qui le voit jouer le rôle d’un rédacteur en chef de journal essayant de saboter la relation de son reporter vedette afin d’empêcher le mariage du couple. Ce film est basé sur le film précédent The Front Page (1931), mais avec une petite touche personelle. Dans la version originale, le journaliste qui part est un homme, alors que dans la version de Grant, ce sont des femmes, ce qui ajoute une couche supplémentaire de romance et de complication à l’histoire.

Que la lumière soit (1946) : sur Netflix

Ce film documentaire, réalisé par Joh Huston alors qu’il servait dans l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, avait pour but d’éduquer le public sur les troubles de stress post-traumatique. Une chose dont nous devrons tous nous préoccuper une fois cette pandémie mondiale terminée. Il porte sur le traitement de ce trouble mental chez les vétérans de retour au pays. Le gouvernement américain était tellement mécontent de cette représentation qu’il a interdit le film jusqu’aux années 1980. Une raison de plus pour le regarder.

Mughal e Azam (1960) : sur Netflix

Dernier né de cette sélection, ce film indien raconte l’histoire d’amour épique d’un prince moghol et d’une danseuse de cour, avant qu’il ne devienne roi. La relation crée un fossé entre le prince et sa famille, et il est obligé de choisir. La réalisation de ce film a pris 15 ans, le développement ayant commencé en 1944.

Mon homme Godfrey (1936) : sur Prime

Ce classique de la comédie américaine hollywoodienne de l’époque met en scène William Powell et Carole Lombard et raconte l’histoire d’une mondaine en pleine ascension qui engage un sans-abri pour jouer le rôle du majordome de sa famille. Elle tombe ensuite amoureuse de lui. Il est intéressant de noter que les deux stars s’étaient brièvement mariés et divorcés peu de temps avant le tournage.

L’inconnu du Nord-Express (1951) : sur Netflix

Ce classique d’Alfred Hitchcock a été imité de nombreuses fois, mais rien ne touche à l’original. Farley Granger, Ruth Roman et Robert Wagner sont les vedettes de ce film sur deux étrangers qui se rencontrent dans un train et qui se proposent d’échanger des meurtres pour commettre le crime parfait. Mais il semble que l’un d’entre eux était plus sérieux que l’autre à propos du pacte.

Le criminel (1946) : sur Netflix/Prime

Avec Edward G Robinson, Loretta Young et Orson Welles, c’est le troisième long métrage de Welles sur un enquêteur de crimes de guerre qui traque un fugitif nazi en Amérique. C’est le premier film américain à présenter des images documentaires de l’Holocauste. Le film n’a pas seulement été acclamé par la critique, mais a été le plus grand succès de Welles en termes de box-office.

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Populaires

Get The Latest Updates

Subscribe To Our Weekly Newsletter

No spam, notifications only about new products, updates.

 
Ca pourrait vous plaire

Related Posts